Les Start-upeurs ont flairé “la bonne occas”

Vendeurs ou acheteurs de voitures d’occasion : exit les sueurs froides et les mauvaises surprises grâce à la nouvelle économie. En France, le marché de la voiture d’occasion était l’un des rares secteurs à avoir échappé à la numérisation de l’économie. Faute de pouvoir offrir des services différents, plus attractifs que la simple petite annonce déposée sur la toile, les start-ups n’occupaient pas le marché. Depuis 2016, elles fleurissent, se développent et commencent à s’implanter sur tout le territoire.
Parmi les services proposés pour une formule d’achat ou de vente de véhicule 100% en ligne : le contrôle et le rapport d’un expert indépendant et agréé, l’essai routier, la garantie mécanique de 3 à 6 mois selon les plateformes, le calcul du “juste prix” (au delà de la simple côte Argus), la possibilité de se faire assister par un agent de la start-up, la gestion des papiers d’immatriculation, le paiement sécurisé (la plateforme s’assure par exemple de la solvabilité de l’acheteur ou offre la possibilité de bloquer l’argent sur un compte séquestré sécurisé en attendant de valider la transaction…), la préparation et la livraison à domicile du véhicule, et même la possibilité de changer d’avis en cas d’erreur de casting !
Au final, pas de mauvaise surprise pour l’acheteur. Exit les annonces frauduleuses ou encore les voitures en mauvais état. De son côté, le vendeur évite les pertes de temps et les risques de vols.
Ces jeunes pousses empochent au passage une commission d’environ 5 à 6 % du prix de vente du véhicule. Moins chers que des concessionnaires ou des garagistes. Une différence de prix qui s’explique parce que ces derniers ont des frais fixes incompressibles.

**Marketplace de la voiture d’occasion : un éclairage et deux exemples dans 9H50 le matin…

Retrouvez l' article original dans son intégralité sur france3-regions.francetvinfo.fr